De très belles expositions sont à découvrir cet hiver à Paris, nous nous sommes rendus sur place !

Au Grand Palais : Venise, les arts et l’Europe au XVIIIesiècle jusqu’au 21 janvier 2019, et Miro jusqu’au 4 février 2019. A la fondation Louis Vuitton : Jean-Michel Basquiat jusqu’au 21 janvier, et Egon Schiele, jusqu’au 14 janvier.

***

L’exposition Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle restitue à travers peinture, sculpture, costumes, objets d’art et instruments de musique, l’atmosphère festive des derniers feux de la République avant sa chute en 1797, devant les armées de Bonaparte. Au XVIIIe siècle, Venise fascine l’Europe. Même si elle a perdu de son influence politique et de sa puissance, on y vient pour ses fêtes brillantes, sa beauté particulière, son patrimoine artistique et ses concerts. Il y règne une liberté de mœurs et un brassage social qui ne s’observent nulle part ailleurs, notamment à la période du carnaval qui attire des milliers de visiteurs. Cette exposition est un hommage vibrant à la Sérénissime. On y retrouve des chefs d’œuvre des védutistes Francesco Guardi et Canaletto, les grands maîtres de l’époque tels que Rosalba Carriera, Ricci, Pellegrini, Piazzetta, Longhi et Giambatista Tiepolo. On peut également y admirer des costumes d’époque, des sculptures et du mobilier vénitien.

La rétrospective Miro rassemble 150 œuvres dont certaines inédites en France, la plupart issues de collections privées. Bien que contemporain de Picasso et Matisse puis du surréalisme, Miro a toujours ouvert une voie artistique autonome à l’écart des modes, un univers coloré et poétique qui joue des formats, des couleurs et des matières. “Pour moi, un tableau doit être comme des étincelles. Il faut qu’il éblouisse comme la beauté d’une femme ou d’un poème”. Cette exposition chronologique couvre 70 ans de création du peintre catalan.

***

Le XXsiècle est aussi à l’honneur à la fondation Louis Vuitton avec une double exposition événement à découvrir Jean-Michel Basquiat jusqu’au 21 janvier et Egon Schiele jusqu’au 14 janvier. Cette exposition en deux parcours distincts est assez étonnante. Pourquoi réunir ces deux peintres alors que plus d’un demi-siècle les sépare ? L’un est américain et a connu les années Reagan, l’autre est autrichien et a vécu durant le règne de l’empereur François-Joseph. Tous les deux ont eu une carrière fulgurante et sont morts précocement, à seulement 28 ans. Tous deux ont eu un mentor, Andy Warhol pour Jean-Michel Basquiat, et Gustav Klimt pour Egon Schiele, et ont marqué l’histoire de l’art du XXe siècle. Ils ont en commun le même désir de briser les règles. Basquiat exprime sa révolte face à l’oppression que subissent les noirs et la pauvreté de leur quotidien par un dessin figuratif dur, aux couleurs violentes et aux surfaces salies. Schiele s’élève contre les interdits et les hypocrisies de la Vienne du début du XXe siècle en exposant une nudité crue, des postures indécentes et des êtres décharnés. Schiele est mal connu en France et cette exposition est l’occasion de découvrir ses qualités exceptionnelles de dessinateur.

***

Au cours de notre voyage à Vienne en septembre prochain, vous pourrez admirer un ensemble éblouissant de toiles d’Egon Schiele, au Musée Léopold, qui conserve la plus grande collection au monde d’œuvres de cet artiste.